Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La violence policière fait partie des thèmes de mon livre, mais considéré comme un sujet sensible (et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles les éditeurs ont refusé le livre), je n'ai pas osé mettre ça dans mon blog pour ne pas être accusé "d'incitation à la violence. Mais l'affaire THEO m'a fait sortir de ma réserve et le témoignage du policier m'a mis le turbo. J'ai donc décidé de le publier, surtout pour démontrer le mensonge des policiers parce que, comme je l'avais dit dans mon livre, tant qu'on donnera toujours raison aux coupables, la violence ne s'arrêtera jamais.

La Droite commence à parler de baisser la majorité pénale et l'extrême droite, d'interdire les manifestations et surtout de renforcer la légitime défense des policiers, alors que ça ne sera que faire en sorte qu'il y ait plus d'ADAMAs et de THEOs et la réponse sera la guerre civile. Alors, tout ce qui pourrait contribuer pour faire barrage à cela, prouver que c'est les policiers qui sont coupables, il faut le mettre en oeuvre. L'affaire THEO a ressuscité les morts et rendu la parole aux muets. Maintenant faisons tout pour que l'aveugle voit et que le sourd entende.

Le 29 avril 2004 je roulais sur la nationale 7. À l'approche du rond-point de Bricorama de Thiais, j'ai pris le couloir de bus pour tourner à droite. Arrivé derrière la clinique de Thiais, des agents de la police qui me suivaient derrière m'ont demandé de m'arrêter et m'ont accusé d'avoir commis cinq infractions, parmi lesquels quatre étaient des infractions inventées.

Comme on voit dans les PV ci-dessus, le premier dit que j'avais effectué un dépassement par la droite et c'était dans l'avenue de Fontainebleau.

LA VIOLENCE POLICIERE

Ils ont rajouté que le but de mon dépassement c'est pour être en tête au feu rouge. Ça sous-entend que, une fois le feu passé au vert j'ai accéléré fort et je me suis remis dans la file de gauche pour être devant les autres. Donc je voulais me montrer plus intelligent que les autres. ça démontre que c'était un vrai dépassement par la droite; que j'avais vraiment triché. Et pourtant le deuxième dit que j'avais commis une autre infraction, dans l'angle Général De Gaulle / Henri Dunant.

LA VIOLENCE POLICIERE

Donc ce n'était plus dans l'avenue de Fontainebleau, preuve comme quoi que j'avais changé de direction. Donc j'avais pris le couloir de bus pour tourner à droite et non pour dépasser.

Maintenant, dépassement ou pas, dangers ou pas, ce n'est plus la question. La question est : pourquoi avoir rajouté que c'était dans le but de me mettre en tête au feu rouge ? La réponse est: c'était pour rendre le mensonge plus crédible; chercher à prouver que je suis vraiment un chauffard puisque consciemment il sait que ce n'est pas le cas; que je n'avais pas triché. Vous savez, quelqu'un qui ment a toujours tendance à rajouter des choses pour se justifier (donc, qui s'excuse s'accuse), ou en oublier d'autres. Quelqu'un qui fait des choses de façon non naturelle en fait souvent trop ou trop peu et finit souvent par laisser de traces qui lui trahiront. Et ça c'est naturelle. Donc un agent qui fait son travail de façon objective aurait mis seulement "dépassement d'une file de véhicules par la droite". Pas besoin de rajouter quoi que ce soit d'autre. Et c'est donc ce mensonge qui révèle leur vrai nature.

Mais ce n'est pas la seule chose qui met la «puce à l'oreille». Il y a d'abord ce mensonge visible à l'oeil nu (quoique moins flagrant pour vous convaincre de leur mauvaise foi) qui est "l'accusation d'excès de vitesse"

LA VIOLENCE POLICIERE

Comme vous voyez dans le P.V, ce n'est pas indiquée la vitesse avec laquelle je roulais. Comprenez par là qu'ils n'avaient pas de radar. C'est une pure invention. Donc là c'est la parole de «l'assermenté» contre celle du «voyou». Mais pour leur défense ils rajoutent «eu égard aux circonstances». Je ne sais pas de quelles circonstances il s'agit. Ils cherchent vraiment à montrer que je suis un conducteur dangereux. Mais, sauf que quelqu'un qui n'a rien à se reprocher n'a pas besoin de prouver quoi que ce soit.

Ensuite il y a le deuxième PV où on voit marqué «usage abusif du klaxon». Je ne vois pas qu'est-ce que le mot abusif vient faire là-dedans. Ça sous-entend que je suis un irresponsable et que je jouais avec le klaxon ! Il aurait dit que j'ai utilisé le klaxon dans un endroit interdit, peut-être. Mais que des mots très forts. Ce n'est pas un hasard.

Après il y a le quatrième pour le «non port de ceinture de sécurité»

LA VIOLENCE POLICIERE

Comme vous l'avez remarqué, ce n'est pas indiqué l'article du code de la route concerné. Comme je l'ai cité auparavant, quelqu'un qui fait des choses de façon non objective en fait souvent trop ou trop peu. Ils ont donc oublié parce que c'est un mensonge. J'avais retiré la ceinture une fois que j'étais arrêté.

Les quatre amendes mensongères je les critique dans le livre, mais les trois derniers défauts je n'en parle pas, parce que je viens à peine de les remarquer. Ce n'est quand même pas un hasard que seul le PV non contestable, donc celui pour circulation dans le couloir de bus (mais pas irréprochable) est exempt de défauts suspects.

LA VIOLENCE POLICIERE

Ce n'est pas irréprochable parce que pour verbaliser à cet endroit-là il faut avoir une bonne dose de mauvaise foi. L'exagération dans les accusations et le nombre exorbitant d'amendes montrent que c'était le cas.

Ces détails devraient donc convaincre les gens que ces 5 amendes qu'ils m'ont foutu en une seule fois et les trois autres un espace de 7 mois et qui m'ont fait perdre mon permis, ce n'était pas pour sanctionner des mauvais comportements mais c'était de la violence motivée par la xénophobie, secondée par la politique du chiffre. Pour ceux qui auraient encore des doutes, je rappelle que dans le passé il y a eu l'affaire de quotas.

Violence, n'est pas que quand on touche physiquement. À cause de cela j'ai perdu mon entreprise. Ils ont démoli ma vie, ils m'ont ruiné, mais sauf que ça se passe en silence, donc les gens ne le voient pas. Ça ne suscite donc pas autant d'émotions qu'une violence physique vue à la télé, et pourtant ça peut avoir des conséquences encore plus graves. Il y a des gens qui ont eu des AVC et d'autres qui se sont suicidés. Et ce genre de pratiques ce n'est pas seulement dans la sécurité routière mais c'est partout là où les chiffres peuvent rapporter (financièrement et électoralement), mais surtout si c'est un Noir ou Arabe qui se trouve en face. (je m'étais trompé dans le livre en étant moins catégorique  à propos  de la xénophobie).

Tous ces termes forts employés comme «eu égard aux circonstances, abusif, etc,» est-ce que c'est vraiment moi qui abuse dans ma façon de conduire ou c'est pour cacher leurs abus de pouvoir ? C'est quand même étonnant qu'un aussi mauvais conducteur soit toujours en "un seul morceau" en 34 années de conduite professionnelle ! C'est peut-être parce que tous ces dangers qu'on m'accuse d'avoir commis ne sont que des dangers imaginaires. De toute ma vie, une seule fois j'ai failli avoir un accident, un accident cardiaque lors que j'ai perdu mon permis et fermé l'entreprise).

 Donc tous ces gens qui se plaignent avoir subi des injustices, je dirais que 99 % disent vrai. Et donc les gens qui s'attaquent aux policiers ne sont pas des voyous mais il s'agit d'une révolte. C'est de la vengeance parce qu'il n'y a pas de justice. Je ne me suis pas trompé dans mes analyses sur ces termes, puisque lors des manifs du 23/02/17 on a clairement affiché «VENGEANCE pour Théo».

Un autre indice: avant la politique de chiffres il n'y avait pas une telle violence. De 1995 à 2003, donc avant la «tolérance zéro» je n'ai été verbalisé que deux fois, alors que de 2003 à 2006 je n'ai eu au moins 12.

Pour ceux qui seraient tentés de dire que grâce à cela il y a moins de morts, ils se trompent lourdement et se sont fait avoir, parce que s'il y a moins d'accidents, ce n'est pas dû au changement de comportements de la part des automobilistes, mais c'est à cause de retraits massifs de permis qui a écarté pas mal de gens de la circulation. Et moins de circulation ça fait forcément moins d'accidents. Ils le disent eux-mêmes: «tel et tel mois il y a eu une hausse de mortalité parce que les conditions météo étaient très bonnes et que les gens ont beaucoup roulé». Alors, on ne va pas me dire que tous ces permis qui ont été retirés n'ont eu aucun impact sur la circulation. Et aux permis retirés s'ajoute ceux qui ont limité les déplacements en véhicule de craintes de perdre les points. Et le nombre n'est pas négligeable. C'est tout cela qui a fait chuter le nombre d'accidents. Et moi, si je n'ai jamais eu d'accident jusqu'ici ce n'est pas grâce à ces mesures-là, parce que moi j'ai commencé à conduire 20 ans avant la «tolérance zéro»

Donc ce «petit résumé» c'est pour démontrer que la violence policière ne date pas d'aujourd'hui et que la police (qui a toujours raison) ment comme elle respire. Donc les gens ont de la haine. Moi aussi. Certains la manifestent en cassant, en voulant à en découdre avec les policiers et n'hésitent pas à se servir d'armes à feu ou de leurs véhicules; d'autres vont encore plus loin (en Syrie); moi j'ai choisi d'écrire pour dénoncer ces pratiques et alerter sur les conséquence que cela pourrait avoir. Mais malheureusement mon livre avait été refusé par les éditeurs

Pour plus de détails, se reporter au chapitre LA VIOLENCE ANTI POLICIER. A ne pas confondre avec LA VIOLENCE POLICIERE, même s'il s'agit du même sujet. Celui-là il s'agit des extraits de la version originale du livre de 2007; celui-ci c'est un résumé.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :