Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comme je suis un simple inconnu, on a voulu me faire taire, mais maintenant c'est les autres qui sont forcés de parler à ma place, mais seulement 20 ans après. Je dis 20 ans parce que, si le livre date de 2006/2007, le combat je l'ai commencé à l'époque de l'église St. Bernard.

Moi, on m'a empêché d'alerter les gens (par mon coup de gueule) pour une prise de conscience, mais les événements l'ont fait à ma place, mais sauf que c'est trop tard, puisque ces tragédies font partie des choses que je voulais qu'on évite.

Tout ce qui se passe actuellement, aussi bien les catastrophes que les réactions (positives), figure dans le livre qui a été rejeté, et une partie se trouve dans le chapitre IV-L'IMMIGRATION de ce blog.

Trouvez ci-dessous (en P.J.) la réaction du NPA. Voir surtout les phrases soulignées plus la partie en noir.

LA TRAGÉDIE DES RÉFUGIÉS (NPA)

REVOICI LE CHAPITRE "IMMIGRATION" (En italique)

« ( SI J’ÉTAIS PRÉSIDENT )

Tant que la crise économique existera l'insécurité ne fera que progresser, parce que c'est le chômage qui en est la source principale. C'est les gens qui n'ont rien à faire dans la vie qui s'amusent à pratiquer du désordre. C'est les gens qui n'ont pas de travail qui deviennent des voleurs, des assassins, etc. L'oisiveté est la mère de tous les vices. Ceux qui n'ont pas de moyen légal de surmonter la crise, ils n'ont qu'un moyen légal d'échapper aux actes illégaux : le suicide.

Un sans papiers qui circule sans titre de transport n'est pas un criminel. Quand on dit qu'on n'est pas du côté de gens qui fraudent, mais qu'on est du côté de ceux qui paient leurs tickets et qui contribuent pour la société, moi je dis que ce genre de phrases est trop facile à prononcer. Comment voulez-vous qu'on paie le ticket si l'on n'a pas de papiers, puisque pas de papiers pas de travail ?! Que veut-on ? Après avoir quitté la prison d'Afrique ou du Moyen Orient pour rechercher la liberté, vous voulez qu'on se retrouve encore en prison en restant scotché chez-soi ? En France, celui qui touche le RMI a le droit à la gratuité des transports. Et celui qui n'a rien du tout alors ? Donc les vols avec ou sans violence, la fraude de dans les transports et la mendicité sont des compagnons fidèles des sans ressources. On en entendra toujours parler tant que la crise économique existera, car il faut bien vivre.

L'AMNEXTY INTERNATIONAL (qui parle de réguler le commerce d'armes dans « Empêchez-la-Bombe-de-Tomber »), dit que les armes font fuir les gens de chez eux. Beaucoup d'entre eux quittent leurs pays pour fuir la guerre ; d'autres pour fuir la dictature qui est encore plus forte avec les armes. Et tous ces fuyards-là iront où ? -Bien sûr là où il y a la paix, la liberté et du travail, donc dans les pays occidentaux, là où on fabrique les armes. Donc s'il y a trop d'étrangers en Europe il ne faut pas se plaindre. "Qui sème le vent récolte la poussière. Alors, si ça fait mal aux yeux il faut supporter". C'est aux vendeurs d'armes et à eux seuls d'en assumer la responsabilité. Le commerce d'armes apporte beaucoup d'argent mais il a aussi ses inconvénients.

Il n'est donc pas normal de refuser le séjour aux étrangers venant des pays affectés. Mais ni les expulsions, ni les frontières, ni rien ne régleront le problème de l'émigration. Seule la stabilité dans leur pays d'origine en est le vrai remède (comme le disent Bernard TAPIE et Jean-Marie LE PEN).

Surtout il est temps de cesser d'accuser les immigrés de tous les maux de la société, d'en parler comme si c'était un crime et il est inacceptable de parler de réguler l'immigration, de l'immigration choisie, etc. alors qu'on continue de vendre des armes. C'est-à-dire qu'on vend des armes mais qu'il faut choisir qui et qui a le droit de s'enfuir ? Lors d'un conflit armé dans un pays, la France met des avions à la disposition pour évacuer ses ressortissants, mais par contre on empêche ceux qui arrivent à s'en sortir par leurs propres moyens, donc les immigrés ?!...

Alors si la présence de trop d'immigrés dérange, c'est aux vendeurs d'armes d'assumer les conséquences. Au lieu de crier immigration, immigration, pourquoi ne pas se poser la question sur les réelles motivations ? Des gens qui prennent des risques de périr dans le désert ou de noyade dans la Méditerranée, est-ce pour le plaisir ? Alors si les mots "droits de l'homme, liberté, égalité et fraternité" n'est pas de l'hypocrisie, ou ne sont pas réservés qu'à une certaine catégorie d'êtres humains, accorder des papiers à ce genre d’exilés est le minimum à faire, parce qu'ils ne viennent pas chercher l'eldorado comme on le caricature souvent, mais ils fuient les armes et les dictateurs soutenus par les armes qui, en partie, viennent d'ici. Il faut donc savoir qui est le vrai coupable.

Il faudrait d'ailleurs cesser de prendre les immigrés pour des boucs émissaires. Ça devient écoeurant qu'on les culpabilise sans cesse alors qu'ils ne sont que des simples victimes. Pour LE PEN, on l'excuserait volontiers car c'est un borgne qui s'est trompé de direction. Par contre il est aberrant de voir les responsables des partis dits "républicains" se fondre sur les immigrés pour essayer de se rattraper de leurs échecs face au chômage. Impuissants vis-à-vis de la crise économique on recourt à des méthodes qui incitent à la haine, à la xénophobie, au racisme, des méthodes qui dressent les gens les uns contre les autres. On adopte des politiques injustes et faciles à exécuter juste pour se faire de la clientèle mais au détriment des valeurs fondamentales de la république.»

J'AJOUTE ICI DEUX EXTRAITS DU LIVRE QUI NE FIGURENT PAS DANS LE CHAPITRE IMMIGRATION DU BLOG:

« Mais voyez-vous que " cesser de vendre les armes" ce n'est même pas un sacrifice. C'est être plus humains, plus justes, plus honnêtes avec soi-même, car avant tout, vendre des armes c'est gagner sa vie en rendant celle des autres impossible, ce qui est totalement contradictoire aux propos "droits de l'homme, égalité des chances, liberté, etc." qui abondent dans les bouches des occidentaux. D'où donc on se poserait des questions, (sachant que l'esclavage a été aboli depuis longtemps) sur l'importance de reconnaître récemment l'esclavage comme un crime contre l'humanité, si ce n'est qu'une phrase pour figurer dans les manuscrits de l'histoire, car aussi bien l'esclavage que la vente d'armes empêchent aux gens de mener une existence normale, pour ne pas dire carrément qu'ils interdisent de vivre, et que cette phrase n'est venue rien changer, car le Black n'est pas pour autant plus respecté, surtout qu'on continue de refuser le séjour aux gens qui réussissent à s'extraire des pays affectés et qu'on s'acharne à renvoyer les sans-papiers là ou il y a les armes, des mines, la misère et qu'on invente des lois comme l'immigration choisie qui veut dire "rentable on le garde, autrement on le jette (dans le désert)". Des gens deviennent carrément des SDF (Sans Destin Fixe).

Des gens qui meurent dans les déserts ou de noyade en cherchant à rejoindre l'Occident pour échapper à la guerre, à la dictature, n'est-il pas le synonyme que les gens n'ont pas fini d'être maltraités ? De gens qui dorment dans la brousse (ex-Sangatte), des gens qu'on jette dans le désert (chose qu'on ne fait même pas aux chiens) est-ce du bon traitement Alors, encore la question: à quoi ça sert de chercher à reconnaître l'esclavage comme contre l'humanité, puisque cela ne vient rien changer, que des gens ne sont pas moins maltraités ?

    - - - / / / - - -

Après la liberté de circulation et la monnaie commune, l'autre grand avantage de l'union européenne c'est le risque zéro d'une guerre entre les États membres. Et partant de là, on aurait donc le quatrième avantage qui serait d'avoir une armée commune et unique. Avec ça on aurait les moyens d'empêcher tout conflit, au moins en Afrique (sa propriété privée "si elle l'est toujours") en se retournant (tous) contre l'agresseur parce que le moindre conflit dans n'importe quel coin du monde, aura un impact négatif direct ou indirectement dans le reste du monde.

- - - / / / - - -

Je pense que cet argument pourrait même inciter les français à adopter la constitution européenne en cas d'un nouveau référendum (toujours préférable à l'article 49-3).

Bien sûr les gens ne sont pas obligés de suivre mes conseils, mais au moins maintenant tout le monde connaît les origines de x x x x x x x, mais surtout il faut oublier le terme "IMMIGRATION".»

Ces sont donc les propos que j'ai toujours tenu, alors que beaucoup croyaient qu'il suffisait d'être dur et ferme contre l'immigration pour en empêcher. Quant aux "pro-immigration" ils se contentaient de répondre que "l'immigration etait une chance pour notre pays; que cela faisait partie des valeurs, de la tradition de la France". Ces arguments ne sont pas de taille à faire changer quelqu'un d'opinion.

 Bien sûr, beaucoup trouvaient mes propos choquants, mais je préfère largement choquer certains citoyens si cela pourrait permettre d'éviter des réalités qui choquent le monde entier. 

Mais le problème est que ce n'est pas fini. Ça pourrait s'empirer et avoir d'autres conséquences. Je n'ai pas envie d'avoir encore une fois raison et espère trouver des partenaires à qui je pourrais soumettre mes propositions pour mettre des choses en place afin de trouver des vraies solutions. Dans l'état actuel des choses, réécrire le livre devient secondaire. Il faut agir tout de suite. La solution n'est pas seulement d'accueillir les exilés; n'est pas seulement de secourir les sinistrés. Il faut déjà cesser d'en fabriquer et il faut faire en sorte et espérer que les gens ne puissent pas regretter cet élan de "générosité.

SIMSON

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :