Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

( SI J’ÉTAIS PRÉSIDENT )

En France, je pense que la sécurité routière fait une fausse route. C'est comme si les gens qui s'en occupent n'avaient pas assez d'expérience. Peut être qu'ils sont persuadés d'appliquer le bon remède, mais c'est encore pire que ne rien faire. C'est comme un adolescent inexpérimenté, qui ne sait pas stimuler sa partenaire et l'attribue la responsabilité des échecs de leurs rapports. Le pire est qu'il la bat, lui accusant de refus coopérer et en plus il est fier d'imposer sa loi. Comme l'homme est toujours plus fort, la pauvre fille n'a plus qu'à subir. Voilà donc ce qu'on vit nous les automobilistes.

Malgré les sanctions très lourdes les infractions ne cessent pas d'augmenter; les gens ne cessent pas de pleurer. Il faudrait déjà se rendre compte qu'on fait fausse route, mais au contraire on en est fier et on continue sur la même direction.

Pour la vitesse par exemple, 99,99% d'automobilistes ne respectent pas les limitations. Et le petit pourcentage qui roule en dessous des maxis, ce n'est pas pour le respect des règles mais c'est faute de réflexes leur permettant de se sentir à l'aise au-delà. On voit bien quand on roule, les gens lèvent seulement le pied à l'approche des radars et accélèrent tout de suite après. (Et ça sera toujours comme ça, quelles que soient les sanctions. Croyez-moi). Il faudrait déjà comprendre que ces règles-là ne sont pas adaptées et que personne ne peut les respecter, au lieu de s'obstiner à les maintenir et à les renforcer. En principe, les radars c'est pour traquer les conducteurs qui prennent des risques. Mais le radar d'aujourd'hui, même les vieillards y tombent. On peut se trouver en infraction même en roulant au ralenti, pas seulement dans des petites voies, mais même dans une 2x3 voies. Il y a de quoi se poser des questions.

LA VITESSE

Le fait de conduire un véhicule c'est un danger permanent. Le risque zéro n'existe pas, et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'assurance est obligatoire. Et, sans être expert en physique, on sait que plus on va vite plus le risque est élevé (On n'a pas besoin de faire des essais). Il faut maintenant maîtriser ce risque, mais comme ce n'est pas la vitesse qui détermine une bonne ou mauvaise conduite (car on peut conduire vite sans faire des accidents, et avoir des accidents en conduisant lentement), cela passe par une bonne maîtrise de la conduite et non pas faire en sorte que les gens conduisent moins vite. En Allemagne on conduit plus vite, et pourtant il y a moins de victimes. Donc cette méthode qui consiste à réduire la vitesse pour faire moins de morts, ça ne relève pas du génie, au contraire cela montre qu'on est à court d'idées. Si c'est la bonne méthode, puisqu'il y a toujours trop des morts, pourquoi alors ne pas baisser la vitesse au maximum, environs 05 Km/h en ville, 10 Km/h sur la route et 15 Km/h sur l'autoroute ? Ou alors 00 Km/h en ville, 00 Km/h sur route et 00 Km/h sur l'autoroute ?! Là c'est vraiment le risque zéro.

Non, la vitesse n'est pas un problème. Le danger c'est vitesse plus alcool, vitesse + fatigue, vitesse + imprudence, vitesse + l'inexpérience, et la vitesse excessive. Vitesse excessive c'est la conduite à risques, c'est-à-dire, quand on dépasse les limites permises par l'environnement (le lieu, l'état de la route et les conditions atmosphériques), qu'on ne peut pas être capable de s'arrêter à temps en cas de danger sur la route. Sinon la vitesse maîtrisée ne représente aucun danger. Si ce n'était pas le cas on n'aurait jamais vu les Margot LAFFITE, Antony BELTOISE, etc. (pilotes essayeurs d'autos des émissions Turbo, Auto Moto, V6, etc.) à faire des essais à grande vitesse (dépassant même les 260 Km/h, soit donc plus du double de la vitesse maxi autorisée en France), même si, pour se couvrir, ils sont obligés de dire qu'ils se trouvent en Allemagne, car être en Allemagne ne veut pas dire qu'ils se trouvent dans une piste de formule 1, et le fait d'être en Allemagne (ou meme sur une piste) ne fait pas disparaître le "danger" lié à la vitesse. Ils se permettent de le faire tout simplement parce qu'ils ont la maîtrise. Celui qui n'a pas la maîtrise ne pourra pas se permettre à conduire de la sorte même s'il se trouve sur une piste.

Quand même, pas plus de 130 Km/h en France mais le double est autorisé en Allemagne. Je ne sais pas si c'est la France qui est ridicule ou c'est l'Allemagne qui est inconsciente. Mais même si elle est naïve, il y a moins d'accidents que je sache par rapport à chez-nous. Alors je ne sais pas le pourquoi de cet écart.

Moi, je conduis depuis Juin 1983. Avant la tolérance zéro, et même après, à 95 % de temps je roulais au delà des maxis. Rarement en dessous de 160 Km/h sur l'autoroute à chaque fois que les conditions le permettaient, et pourtant je n'ai jamais eu d'accident. Ça, c'est pour prouver que "vitesse" ne veut pas dire danger absolu.

Donc, laisser les limitations de vitesses telles qu'elles le sont actuellement, par exemple limiter la vitesse à 50 Km/h dans un endroit où l'on peut rouler à 100 Km/h "les yeux fermés", autant interdire la conduite. Les vitesses maxis imposées sont excessivement basses. Ça fait donc que les gens soient toujours à la vitesse maximale autorisée. Ça oblige donc le conducteur à avoir toujours les yeux sur le compteur parce que le moindre relâchement on dépasse facilement la vitesse maxi autorisée. C'est stressant et à la longue c'est très fatigant, donc un risque supplémentaire d'accidents parce que la fatigue en est une des sources.

Impossible d'automatiser cette règle. L'allure qu'on automatise facilement est celle avec laquelle on se sent à l'aise. La bonne vitesse pour chaque endroit (qui doit donc être la moyenne) est celle adoptée par la majorité des conducteurs et non celle qui ne peut être respectée qu'en présence des radars.

Mais supposons que ça soit vrai que cela permettait de faire moins de morts sur les routes, vous vous rendez compte que pour sauver 262 vies en 2005, (soit – de 0,00088% d'automobilistes) il a fallu en stresser + de 90% ? Et vous connaissez bien les effets pervers du stress sur la santé ! Est-ce que vous savez le nombre de gens dont la durée de vie sera écourtée suite à cette angoisse ? Où est donc l'avantage ? Ce système-la ce n'est que pour faire quelques dizaines de "morts subites" en moins et causer des milliers des morts différés, des chômeurs, des SDF, des déprimés, donc des millions de malheureux. Donc c'est un remède qui fait plus mal et plus de victimes que la "maladie" elle-même. Ce système-là n'a donc rien à avoir avec la sécurité, et ce n'est même pas de la répression mais cela ressemble plus à de l'oppression

Cette politique n'est pas faite pour traquer les chauffards, mais c'est pour combattre le chauffeur tout court, car il ne fait pas le tri entre le bon et le mauvais conducteur. Il frappe tout celui qui aura le malheur se trouver au mauvais moment au mauvais endroit, et ça fait donc qu'on trouve des très bons conducteurs sur le "carreau".

Non. S'il y a beaucoup d'accidents ce n'est pas la vitesse, mais c'est :

La formation insuffisante des conducteurs

La naïveté, l’inexpérience, l'imprudence et l'irresponsabilité.

L'alcool

Les mentalités (mauvais comportement, le manque de discipline, la violence ou agressivité, la perversité).

Code de la route inadapté (confus et dangereux, donc accidentogène),

Les fausses campagnes de prévention (qui rendent les gens encore plus naïfs).

    Quant à la baisse massive de nombre des morts sur les routes, ce n'est pas dû au changement de comportement des conducteurs, mais plutôt à la baisse de circulation consécutive aux retraits massifs des permis et à d'autres facteurs. Beaucoup de gens ne font plus de longs trajets comme dans le passé de crainte de perdre vite les points et le permis. Les mois de fortes baisses on nous rappelle souvent que c'est dû à la baisse de circulation suite à des mauvaises conditions atmosphériques. Oublions donc l'idée « qu'il y a moins de morts grâce aux radars ». S'il y a un changement de comportement dû aux radars, c'est l'envie de rouler moins.

    - - - / / / - - -

    Il y a moins d'accidents sur l'autoroute qu'ailleurs parce que, à part la vitesse et les personnes qui déboîtent sans vérifier leurs rétros, il n'y a pas beaucoup de choses auxquelles on doit faire attention. Il n'y a pas de croisement, il n'y a pas de priorité à droite « d'office », pas de « stops artificiels ». Il n'y a pas de passage pour piétons qui tiennent plus à leur «priorité » qu'à leurs vies; il n'y a pas de feu orange. Bref, il n'y a pas tous ces pièges qu'on trouve en ville et sur les routes, et non pas parce que les autoroutes sont plus sécurisées. Je ne vois pas de quelle sécurité on parle.

    Et quand on dit qu'on a plus d'accidents à côté de son domicile, je dirais que c'est proportionnellement normal parce que c'est le secteur qu'ont fréquente le plus. Je n'ai jamais conduis en Angleterre, je n'aurai jamais d'accident en Angleterre. J'ai été 5 fois en Allemagne (environ 20 jours), je n'y aurai pas plus d'accidents qu'en France où j'habite depuis plus de 20 ans. C'est aussi simple que ça. Il faut donc arrêter cette excuse bidon (pour se dégager de la responsabilité) qui consiste à dire que quand on arrive à côté de chez soi on se relâche, on devient moins vigilant. Il faut assumer. Donc à part l'alcool, s'il y a beaucoup d'accidents c'est à cause de la mauvaise formation de conducteurs et le code de la route inadapté et dangereux, ensuite viennent la perversité, l’agressivité et le reste.

    - - - / / / - - -

    CODE DE LA ROUTE INADAPTÉ, CONFUS ET DANGEREUX

    Beaucoup ont du mal à respecter le code de la route. Comme par exemple, pour les professionnels de la route (livreurs, taxi man's, etc.), qui exercent depuis plus d'une année, moins de 2% possèdent encore les 12 points complets, et moins de 0,1% d'automobilistes respecte les limitations de vitesse, parce que:

    1) Le code de la route en France est artificiel, parce qu'il est fait sur des bases non fondées.

    Beaucoup de signalisations ne correspondent pas à la réalité du terrain. Et ça le cerveau humain ne peut pas s'y adapter (et non pas parce que les gens ne veulent pas les respecter).

    2) De l'autre côté, le code de la route comporte tellement beaucoup de pièges que les chauffeurs sages et expérimentés ne peuvent le respecter à 100% parce qu'il savent qu'il y a des risques d'accidents. En fait, dans le code de la route français, le stop, le cédez passage et la priori à droite c'est plus de la galanterie imposée que de sécurité. Et sur la route ces deux-là sont incompatibles, ça fait donc des dégâts.

    Les règles de la circulation (sécurité) doivent être établies de manière à limiter au maximum les risques d'accidents et permettre plus de fluidité. On doit, par exemple, implanter les panneaux de danger là où danger est présent, mais en France ce n'est vraiment pas le cas. Et souvent c'est les panneaux qui créent le danger et les bouchons.

    1) Danger: Sûrement il vous arrive souvent de voir des véhicules arrêtés dans une intersection sans savoir qui doit passer en premier; ou de voir deux voitures s'accrocher ou échapper de justesse à l'accident, l'une (prioritaire, puisque venant de droite) surprise que l'autre ne lui cède pas le passage, et l'autre surprise de voir une voiture à s'engager dans la voie principale sans attendre. Le code de la route est sensé éviter cela, mais au contraire ça crée la confusion. Il comporte beaucoup d'erreurs et est difficilement maîtrisable parce que c'est un code artificiel. On ne tient vraiment pas compte de la réalité du terrain.

    Pour les règles de priorité par exemple, on doit tenir compte du trafic. La voie la plus fréquentée devrait avoir toujours la priorité par rapport à la moins fréquentée; la voie la plus rapide devrait avoir la priorité par rapport à une plus lente. La priorité à droite s'applique dans les voies qui ont la même fréquence de circulation. Celui qui s'insère doit toujours céder le passage. Mais en France on donne plus la priorité à celui qui se trouve dans la position inconfortable. (Même les impasses sont prioritaires). Et ça ce n'est plus de la sécurité mais c'est de la galanterie.

    Certains agents à qui j'ai posé des questions, m'ont dit que cela a été fait dans le but d'obliger les gens à rouler moins vite! –Mais c'est complètement bête, parce qu'il ne faut pas créer un danger supplémentaire pour combattre un autre danger. Ce sont des véritables pièges qu'on a crées.

    a) En effet il est plus facile pour quelqu'un qui circule lentement d'éviter l'accident que celui qui roule vite. Le fait qu'il circule déjà lentement le risque est réduit. Alors, imposer à celui qui roule plus vite d'éviter le danger c'est une bêtise. Pourquoi alors ne demande-t-on pas aux trains de s'arrêter pour céder le passage aux voitures ?

    Prenons l'exemple de la rue PAUL HOCHART à CHEVILLY LARUE: toutes les petites rues qui viennent de droite ont la priorité alors qu'elles sont moins fréquentées et moins rapides. Et pour s'engager dans la rue Paul Hochart ils sont obligés de freiner puisque ils doivent tourner à gauche ou à droite. Mais le fait de ralentir et freiner, le danger est totalement écarté. Alors est-il vraiment sage de leur dire "ne vous arrêtez pas, c'est aux autres de s'arrêter" ? Pour la sécurité c'est exactement le contraire qu'il faudrait faire.

    b) à l'approche des intersections, celui qui vient de la petite voie a toujours le pied sur le pédale des freins alors que celui qui se trouve dans une grande voie et sur une ligne droite a toujours le pied sur le champignon et a plus tendance à appuyer qu'à freiner, (et c'est naturel), donc moins facile pour lui d'éviter un danger. Si vous voyez bien, plus de 98 % d'automobilistes dans cette avenue ne lèvent pas le pied à l'approche des intersections. Ils ne freinent seulement (et souvent de façon brusque) que lors qu'ils voient un véhicule s'engager, alors que plus de 98 % venant de ces petites rues ne s'engagent jamais sans avoir regardé à gauche et à droite! Alors pourquoi ne pas laisser les choses telles que la nature les a décidées ? Vous ne voyez pas qu'il y aurait moins de risques si on demandait à la voie la moins rapide d'éviter le danger ?

    c) toutes ces petites rues sont moins fréquentées que la rue Paul Hochart. Si la grande voie était prioritaire, moins de gens auraient à redoubler d'attention, donc il y aurait moins de risques.

    d) Il est facile pour quelqu'un qui se trouve dans une grande voie ne pas de se rendre compte à temps d'un croisement avec une petite rue, alors ce que il est impossible pour quelqu'un qui vient d'une petite rue de ne pas se rendre compte de croisement, surtout s'agissant d'une voie où il va s'engager. Donc si on mettait un cédez passage dans la petite rue c'est sûr que cette règle ne serait jamais violée, sauf si on a bu. Donc il n'y aurait jamais d'accidents (dus l'imprudence) dans cette intersection.

    e) Un conducteur qui vient de la rue de Picardie et qui a l'habitude de tourner à droite (tous les matins pour aller au travail par exemple) dans la rue Paul Hochard sans s'arrêter, puisque prioritaire, c'est facile pour lui d'oublier de s'arrêter pour céder passage à droite le jour qu'il tournera à gauche (pour à aller au magasin). Alors que, pour les règles de la priorité, si on tenait compte de la grandeur des voies ou la fréquence de circulation, jamais un jour un automobiliste venant d'une petite voie n'oublierait de céder passage à une grande voie où il va s'insérer. C'est l'une des raisons pour lesquelles un chauffeur expérimenté et sage ne respecte jamais à 100 % le code de la route français, surtout, même s'il est prioritaire selon le code, il n'osera jamais s'engager dans une grande voie sans ralentir (ou s'arrêter si necessaire) et s'assurer qu'il peut s'engager sans aucun danger. Seul des jeunes conducteurs (naïfs) tombent dans le piège. Ils font trop confiance à la priorité à droite. Rares sont ceux qui arrivent à se rendre compte à temps qu'il s'agit de"piège à droite" et non "priorité à droite".

    f) Quelqu'un qui vient souvent d'une petite voie mais qui a la priorité, aura pris l'habitude de s'engager sans céder le passage. Le risque est grand pour cet individu d'omettre souvent de s'arrêter (céder le passage) lors qu'il viendra d'une voie similaire, mais qui n'a pas la priorité, parce que son cerveau a pris l'habitude de passer sans céder le passage lors qu'il vient de droite. Et ça c'est normal. C'est le cerveau humain qui est ainsi fait. Je vais vous donner une preuve:

    C'est une chose qui arrive souvent à l'auto Ecole lors des exercices théoriques; après avoir donné des réponses correctes (A, B et C) lors d'un exercice comme par exemple: "en cas de brouillard, je peux circuler avec les feux de:

    Croisement …….….A*

    Brouillard avant…..B

    Brouillard arrière.....C

    Route……………… D,

    plusieurs élèves se planteront (en répondant la même chose) lors du même exercice mais en remplaçant le je peux par je dois, alors que dans ce cas il n'y a qu'une seul réponse qui est le "A" C'est tout simplement le cerveau humain qui est comme ça. On a bon dire "il faut bien lire et comprendre les questions"! Ça ne marchera jamais à 100%. C'est pareil pour la conduite. Après certain temps d'expérience, on gagne certaines habitudes (automatismes), mais comme le code de la route en France est (artificiel) qu'on peut être dans un même cas de figure mais que la conduite à tenir n'est jamais la même, fait que souvent ces automatismes (naturel) nous enduisent dans l'erreur. Et ça, ça pardonne rarement.

    Il faut donc faire en sorte que ce genre de fautes arrive le moins souvent possible, pas en obligeant l'automobiliste à s'adapter à des règles confuses, pas en mettant un GENDARME dans chaque coin de la rue, mais en mettant en place un code adapté à la route et donc facilement maîtrisable pour le cerveau humain, au lieu que ça soit aux automobilistes et à la route de s'adapter aux panneaux, en mettant les bons panneaux et les bons marquages aux bons endroits, donc tenir toujours compte du trafic avant de mettre telle ou telle signalisation. Si la règle était de céder toujours la priorité (qu'on vienne de gauche ou de droite) lors de croisement avec une grande voie, ce genre de fautes n'arriverait jamais. (Sauf si l'on a bu).

    Mais ce code qui oblige de s'arrêter et accélérer fréquemment ne permet pas une conduite aisée, donc fatigant, un des facteurs qui provoquent des accidents. Ce qui veut dire donc que le code de la route français favorise les accidents.

    En plus le test neuf, série 3, exercice 19 du code de la route dit le suivant: "la conduite est une activité qui requiert une concentration de tous les instants pour observer, analyser et réagir, et ça accumule de la fatigue. Mais au fur des jours de conduite, un conducteur acquiert de l'expérience qui lui soulage dans son activité et des automatismes qui lui permettent de se fatiguer moins vite qu'un débutant".

    Mais en France on ne peut pas bénéficier de cet avantage parce que d'un côté le code de la route en France est artificiel, que dans deux cas semblables la conduite à tenir n'est jamais la même, ce qui oblige donc de redoubler de vigilance à chaque fois (Donc c'est une conduite qui épuise vite le conducteur psychiquement). Mais le problème c'est que personne ne pourra jamais tenir à ça à 100 %. On finira toujours par céder (ne pas respecter la signalisation) même involontairement un moment ou un autre, et c'est naturel. Et c'est le drame si c'est au mauvais moment (s'il y a un véhicule de l'autre coté ou des flics dans le coin). Idem pour la vitesse. Les limites imposées sont tellement trop basses que les gens roulent toujours à la vitesse maxi autorisée. Ça oblige donc avoir toujours les yeux rivés vers le compteur, parce que moindre relâchement on dépasse les maxis autorisés (et c'est le drame s'il y a des flics ou un radar). Et çà aussi c'est pareil, personne ne peut tenir long temps.

    On ne peut pas l'automatiser non plus parce que on automatise facilement la vitesse avec laquelle on se sent à l'aise. C'est pourquoi les gens sont toujours au-delà de la vitesse maxi autorisée et qu’on se préoccupe seulement de regarder le compteur dès qu'on s'aperçoit d'un danger ; (radar ou Flics). Et si on ne s'en rend pas compte, c'est le drame. Je ne parle pas d'accident, mais des points ou des permis qui partent en fumée, parce que la vitesse à laquelle on se sent à l'aise n'est jamais dangereuse, puisque ce n'est pas une prise de risques.

    Et si on essaie de respecter toujours ces règles, on finira par avoir des ennuies de santé (pour celui qui conduit toute la journée). Et si on y ajoute la peur permanente du gendarme, la conduite devient un exercice très angoissant (même pour les non professionnels). Donc ces règles sont à changer de toute urgence. Je pense que JACQUES LAFFITE et le prof ALAIN PROST sont de cet avis.

    LA FORMATION

    En France on ne forme pas de chauffeurs, mais c'est des kamikazes qu'on forme. Un exemple, on n'apprend pas aux élèves d'éviter un danger (au contraire on les demande de foncer) si c'est l'autre qui est fautif vis-à-vis du code de la route en cas de constat.

    Un autre exemple : A l'auto-école on nous apprend de « ne mettre le clignotant que lorsqu'on est sûr d'effectuer la manœuvre en toute sécurité ». Cette phrase montre que les gens ne savent vraiment pas à quoi sert le clignotant. Je ne vois pas à quoi servira de mettre le clignotant si je suis déjà sûr d'effectuer la manœuvre en toute sécurité, puisque c'est le clignotant qui nous procure la sécurité. C'est en ayant mis le clignotant que les autres sauront nos intentions, ce qu'il leur permettra donc d'anticiper. Ils pourront donc lever le pied pour anticiper notre freinage ou pour nous faciliter la manœuvre, ou alors nous faire signe (klaxon ou appel de phares) pour nous dissuader d'effectuer tout de suite la manoeuvre s'il y a un danger. C'est là qu'on "fabrique" sécurité.

    Dites-moi comment ne pas avoir d'accident lors d'un changement de file ou de direction alors que quelqu'un se trouve dans l'angle mort (donc que je n'aurais pas vu ) et qu'il n'aurait pas vu le clignotant à temps puisque je ne l'aurais mit qu'au moment d'effectuer la manœuvre, puisque je croyais l'effectuer en toute sécurité ?!

    Non, on n'a pas à attendre quoi que ce soit. Le clignotant on doit le mettre dès qu'on a l'intention d'effectuer une manœuvre. Le clignotant ne nous donne pas la priorité. Le clignotant ne veut pas dire qu'on s'engage tout de suite; il ne sert pas à accompagner les mouvements du volant; Il sert à prévenir les autres usagers ce dont on a l’intention de faire. On le met donc avec anticipation et non pas au moment d'effectuer la manœuvre.

    Il ne faut donc pas s'étonner si beaucoup de gens ne se servent pas du clignotant, parce que si on est déjà sûr d'effectuer la manœuvre en toute sécurité, le clignotant n'a plus naturellement d'importance, S'en servir devient un geste artificiel, et donc pour beaucoup de gens c'est devenu une option juste pour éviter des ennuis avec la police.

    Tag(s) : #politique

    Partager cet article

    Repost0
    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :